On en parle • Les problèmes de dos

« J’ai mal au dos ! » Bon nombre d’entre nous ont (déjà) très souvent prononcé cette phrase. En rentrant du travail – manuel ou pas -, en se réveillant le matin, en retirant ses chaussures, après le sport, … « C’est le mal du siècle » comme on l’entend souvent. Les douleurs du dos concernent beaucoup de personnes en Belgique et dans le monde – j’en fais partie… Et pourtant, des gestes simples peuvent prévenir ses maux et par la même occasion, nous rendre la vie plus facile.

frau schmerz rücken

Commençons par le point qui fâche : la (les) causes du mal de dos ?

Mon médecin généraliste, mon kinésithérapeute ainsi que mon chiropracteur sont du même avis : il faut bouger ! Vous voyez le slogan « Mieux manger, plus bouger » ? Ce n’est pas du pipo ! Il est là, le gros problème de ce siècle, nous sommes devenus sédentaires. Des limaces assises près de 8h par jour dénigrant l’activité physique et l’alimentation saine. Oh, ne vous vexez pas. Je suis toute aussi concernée par ce très mauvais mode de vie. Cela doit faire 2-3 mois que je n’ai plus mis les pieds à la salle de sport et mes armoires retiennent des produits de grandes distributions renfermant des tonnes de sucres raffinés. Il est là, le hic ! Ce n’est pas notre dos qui fonctionne mal, c’est nous qui le mettons à mal.

Excepté les personnes qui sont prédisposées à vivre avec des problèmes de dos, pour les autres, sachez que nous sommes les seuls responsables. Mère Nature, elle avait tout bien étudié pour que l’ensemble roule sans le moindre dysfonctionnement. Une charpente solide, composée d’os, avec la poutre principale, notre colonne vertébrale et ses 33 vertèbres (7 cervicales, 12 dorsales, 5 lombaires, 5 soudées formant le sacrum et 4 autres soudées ensemble qui composent le coccyx). Cette structure est reliée via les nerfs ainsi que par des fibres musculaires à nos organes afin de les soutenir et les garder en place, en sécurité. Si cet équilibre est respecté, tout pourrait se dérouler pour le mieux. Or, dans cet écosystème, entrent en jeu deux facteurs des plus importants et mentionnés précédemment : une activité physique régulière ainsi qu’une alimentation saine. Pourquoi ? Le sport permet d’entretenir nos muscles et les rendre capable de soutenir notre charpente squelettique. Des os, c’est bien. Soutenu par des muscles forts et toniques, c’est mieux ! A cela s’ajoute bien évidemment la bonne santé de nos ligaments, n‘est-ce pas les footballeurs ? 

Faire du sport, c’est important ! Mais pourquoi sommes-nous aussi rebutés par l’activité physique ? Je n’ai pas vraiment de réponses exceptées les miennes. Celles qui me démotivent. Là dedans, on retrouve les fameuses excuses. « Pas le temps. Je vais avoir des courbatures, quelle horreur. Il faut que je me change – Oui, oui c’est une de mes excuses en ce moment ! – Je suis trop nulle. » Et j’en passe. Quotidiennement, depuis ces dernières semaines, je me trouve des excuses pour ne pas bouger mon cul. Encore une fois, la sédentarité et notre flemmardise prennent le dessus. No comment ! On pourrait se demander pourquoi nous nous conditionnons à ce point à utiliser des minables prétextes pour ne pas bouger de derrière notre ordinateur ou de sortir de notre canapé. La paresse est un très vilain défaut, pas vrai ? Néanmoins, je pense surtout qu’il existe une raison à ce mal sociologique, à cette sédentarité contre nature. Le sport est devenu l’ennemi de beaucoup de gens. La mort. Le supplice. Pourtant, il ne nous apporte que du bien, à notre mental ainsi qu’à notre corps. Pourquoi l’avons-nous à ce point diabolisé ? Vous voulez mon avis, je vous donne un indice : magazines féminins. Alors, vous voyez où je veux en venir. Pour moi, les nanas maigres et photoshopées sur les couvertures inondant nos librairies, ce sont elles les responsables de ce rejet massif du sport. Pas les mannequins, elles-même. Mais plutôt cette industrie du maigre. Du fin. La déformation du beau en un « objet » décharné – comprenez, dont on a retiré la chair. La fameuse taille 34. Et je n’aborde même pas son extrême, la taille 32, le graal sur les catwalks. A ce sujet, je vous invite vraiment à lire le livre de Victoire Mâcon-Dauxerre, Jamais assez maigre. 

On nous bassine avec cette idéale des années 2000. La grande blonde et sa taille de guêpe. Quoique le vice est poussé à son paroxysme à l’heure actuelle avec l’étalage sur Instagram des nanas possédant, en plus d’une taille fine, des hanches travaillés et une paire de seins inspirée à la Anderson. Encore un truc à faire complexer toutes les jeunes filles. Des rondeurs (re)travaillées et calculées. A coup de bistouri ou par une activité physique (oui, oui) extrême et ciblée, ces influenceuses distribuent sans le vouloir une très mauvaise image du sport. Car non, le sport ne doit pas être assimilé à un idéal esthétique – très difficile à obtenir naturellement ! Le sport, ce n’est pas pour être beau. Le sport, c’est pour faire du bien à son corps. C’est nécessaire à notre bonne santé.

media_xl_972183

Mais l’activité physique n’est pas la seule variable déterminante dans notre bon métabolisme. L’alimentation, elle aussi, a son importance. Car oui, soigner ses muscles sans leur donner les bons nutriments, ça sent les blessures assurément ! Pour empêcher cela, les règles sont simples et vous les connaissez : ne pas manger trop gras, trop salé ni trop sucré, boire minimum 1 litres d’eau par jour. On fait l’impasse aussi sur les boissons gazeuses et les produits de grande distribution qui, la plupart du temps, renferment d’énormes quantités de sucre. Et le sucre, c’est un GROS problème. Vous avez quelques kilos en trop ? Arrêtez tous les produits « tout fait » et privilégiez le frais et le maison. Vous verrez, sans ces mauvais sucres cachés, vous serez étonnés lorsque vous vous pèserez.

Si l’on adoptait une meilleure hygiène de vie, nous serions beaucoup moins dérangé par ces fameux maux de dos, qu’au final nous sommes les seuls à causer.

Et si toutefois, on continue à avoir des douleurs dorsales ? 

Je dirais que premièrement certaines petites choses peuvent être également responsables de nos soucis du dos. Peut-être que vous n’avez pas une bonne posture ? – Je plaide coupable… – Peut-être que vous avez besoin de semelles orthopédiques ? Les raisons peuvent être diverses et variées mais également être en due à un facteur génétique héréditaire dont vous êtes porteur. Pour vérifier cela, et comprendre vraiment ce qu’il se passe, consulter est le meilleur conseil que je puisse vous donner. Votre médecin généraliste qui vous redirigera peut-être chez un kinésithérapeute. Mais si toutefois, vous souhaitez sauter la case « Dr. », pourquoi ne pas visiter un chiropracteur !

mal-de-dos

Un chiropracteur est LE spécialiste du dos. Il est formé – via une formation universitaire – pour diagnostiquer les problèmes dorsaux, les traiter mais aussi et surtout, les prévenir. Votre colonne vertébrale sera entre de bonnes mains ! Si vous avez notamment des problèmes au niveau des lombaires, courrez chez l’un d’eux ! – Enfin « courrez », façon de parler ! Cela dépendra de votre état hihi! Cependant, ne vous attendez pas à être retourné  manipulé dans tous les sens dès le premier rendez-vous. En effet, la première chose que réalise le chiropracteur est d’établir, grâce à un questionnaire auquel vous aurez préalablement répondu avec lui, un diagnostic complet. Affections articulaires, musculaires ou neurologiques, vos réponses l’aideront à le déterminer.

Ai-je déjà été consulter un chiropracteur ? 

Vous allez peut-être être étonné mais la réponse est non. Et pour cause, un kinésithérapeute s’occupe déjà de mon cas. Mes douleurs sont causées par une seule vertèbre qui se bloque de temps à autre. Mon souffle se retrouve alors coupé de moitié. Je dors mal. J’ai des ballonnements. Et cela peut même aller jusqu’à un état grippale : impossible de bouger, nausées, maux de têtes, fatigue intense, … La totale. Mon kinésithérapeute a, au bout de plusieurs séances, trouvé la cause de cette vertèbre gênante : mes intestins. Oui, oui ce sont mes tripes qui me causent ces douleurs. Tout étant lié, et ma flore intestinale étant fatiguée à bien travailler – « Anisa, faudrait faire du sport pour relancer tout ça… » – ça fout le boxon au niveau de ma colonne. J’accuse également ma mauvaise posture assise, you know what I mean… Call me « Le bossu de Notre Dame » ! J’ai les causes, maintenant c’est à moi de me bouger le cul jouer.

dsc_0966_zpsagaravch

Aller voir un chiropracteur, ça coûte combien ? (En Belgique)

Bon, on ne va pas se leurre. Le gros problème de santé de notre société, c’est que pour s’en occuper il faut se saigner. Faut avoir du blé ! Les consultations chez un chiropracteur n’étant pas soumis à l’obligation de fournir une prescription, il n’y a aucune prise en charge par l’Inami. Et c’est incroyable que pour une des meilleures solutions contre « le mal du siècle » ne soit pas remboursée. Toutefois, les choses commencent à changer. A l’instar des ostéopathes – qui feront également un bien fou à votre dos -, vous pourrez être remboursé d’une petite partie, soit environ 10€ pour un certain nombre de séances.

Si vous êtes intéressé, sachez que cette semaine et jusqu’au 22 octobre inclus, les chiropracteurs ouvrent leur porte afin de sensibiliser les Belges à cette pratique. N’hésitez pas à prendre rendez-vous dans le cabinet le plus proche de chez vous pour obtenir gratuitement un avis !

Vous retrouverez la liste des spécialistes sur le site www.chiropaxie.org.

Prenez soin de votre dos ♥

 

 

 

Publicités

Ecrire un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s